Auteur/autrice : Olivier Dufresne


placeholder
29 novembre 2019

Appel à propositions: L’Association canadienne des études latino-américaines et caraïbes (ACÉLAC) vous invite à participer à sa conférence annuelle qui se tiendra à l’Université d’Ottawa du 20 au 22 mai 2020.


placeholder
11 novembre 2019

Sécuriser les investissements dans le secteur extractif? Politiques canadiennes de droits humains au Guatemala et en Colombie (2009-2019)

Résumé : Depuis la dernière décennie, l’activité minière au Guatemala et en Colombie bénéficie d’un soutien considérable du gouvernement canadien en dépit de ses impacts négatifs sur les populations autochtones, paysannes et afro-descendantes. Or, ces mêmes communautés sont bénéficiaires de l’aide publique au développement du Canada dans la lutte contre l’impunité pour des crimes commis durant les conflits armés internes. Cette présentation propose d’explorer ces contradictions issues des politiques de droits humains du gouvernement canadien à travers l’étude des activités d’Avocats sans frontières Canada (ASFC) au Guatemala et en Colombie. À partir de demandes d’accès à l’information, de même que des entrevues semi-dirigées dans les deux pays avec des employés d’ASFC et des représentants gouvernementaux, cette présentation cherche à renouveler la compréhension des effets de l’extractivisme sur la place qu’occupe le Canada en matière de droits humains en Amérique latine et ailleurs dans le monde.






placeholder

Diner-causerie du mois de novembre : Un dictionnaire historique de la dictature au Chili: qu’est-ce qu’on peut en tirer ?

Résumé: J’ai écrit cet ouvrage avec un certain nombre d’objectifs : en premier lieu, systématiser l’information et faire connaître les sources, très abondantes mais souvent éparpillées. Deuxio, souligner clairement qu’il ne se s’agissait pas d’une « dictature militaire » mais bel et bien civique et militaire, avec d’importants liens entre les deux acteurs. Troisièmement, montrer la grande diversité des mécanismes de la répression ainsi que de l’opposition, qui s’est manifesté de multiples façons. Quatrièmement, faire le suivi dans l’application de la justice lorsqu’on a commencé à investiguer les crimes de la dictature, montrant à quel point elle a été lente et timide. Cinquièmement, expliquer les aspects internationaux du régime, qui ne se résument pas à sa relation avec les États-Unis. Enfin, souligner que la dictature n’a pas terminé en 1990 : ses traces et ses impacts sont bien visibles aujourd’hui.



placeholder
22 septembre 2019

Diner-causerie du mois d’octobre : Opportunité ou problème? Histoire transnationale de la migration mexicaine aux États-Unis, 1924-1994

Résumé : La migration entre le Mexique et les États-Unis n’est pas un phénomène nouveau. La perception de cette migration comme étant bénéfique ou dommageable à l’un et l’autre des pays tend à se modifier en fonction des réalités économiques, démographiques, politiques et migratoires à divers moments. Conséquemment, les discours entourant la migration et les stratégies élaborées pour l’encourager, l’encadrer ou la restreindre se sont transformés tout au long du XXe siècle. Dans cette conférence, je m’intéresse à la figure du travailleur migrant, particulièrement pendant le Programme Bracero et jusqu’à la signature de l’ALÉNA, et aux politiques adoptées pour contrôler le flux migratoire entre les deux pays.